Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Vie privée /vie pro : les solutions

Comme nous l’avons vu précédemment , la situation actuelle en matière de conciliation vie privée/vie professionnelle est jugée peu satisfaisante d’après les salariés interrogés. L’étude s’est également penchée sur la vision qu’ont les salariés vis-à-vis des efforts effectués par les entreprises et les bénéfices qu’une meilleure conciliation pourrait apporter.

A la question « Diriez-vous que votre entreprise fait des efforts pour permettre à ses salarié(e)s d’avoir un bon équilibre vie privée/vie professionnelle ? », plus de la moitié des interrogés trouvent que peu voire aucun effort n’est fourni par l’entreprise. Seule une personne sur cinq juge les efforts satisfaisants.

Les répondants trouvent que les efforts fournis sont majoritairement ceux fait par leurs supérieurs hiérarchiques (49%), suivi des organisations syndicales (36%) et de la direction/ressources humaines de l’entreprise (34%). De plus, parmi ceux qui déclarent que des efforts sont fournis pour la conciliation vie privée/vie professionnelle, la moitié trouvent que les mesures mises en place ne bénéficient pas à tous les salariés.

Sept salariés sur dix estiment qu’un bon équilibre vie privée/vie professionnelle apporte des bénéfices autant à l’entreprise qu’aux salariés. Pour ces derniers, cela permet un stress moins élevé, une meilleure efficacité au travail et d’être plus épanouie personnellement. Du côté des entreprises, les bénéfices sont un taux d’absentéisme moins élevé et des salariés plus efficaces et impliqués.

Les salariés indiquent que pour renforcer la conciliation entre vie personnelle et vie au bureau, des efforts d’adaptation sur le rythme du travail en cas de souci personnel les aideraient pour 69% d’entre eux. En second temps viennent les horaires de travail aménagées, qui pour 65% leur permettraient d’avoir une meilleure organisation personnelle. Le fait de pouvoir quitter le lieu de travail quand ils ont un impératif semble être une des solutions majeures puisqu’ils sont trois quart à le souhaiter. Ceux-ci disent être prêts à accepter des horaires de travail atypiques (tel que travailler le samedi, tôt le matin ou tard le soir…) afin de pouvoir améliorer la conciliation avec leur vie privée.

 

Echantillon

1026 salariés actifs et occupés âgés de 18 ans et plus. Echantillon issu du panel TNS Sofres, 267 000 adresses en France.

La représentativité de cet échantillon est assurée par la méthode des quotas : âge, sexe, profession de l’interviewé, secteur d’activité. Echantillon stratifié par région.

Sondage effectué en ligne du 9 au 16 avril 2014.

Source : L’anact