Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Réforme de la formation professionnelle : une loi adoptée, des changements programmés – PARTIE 3.

Après avoir présenté le CPF et son nouveau mode de financement, zoom sur l’entretien professionnel afin de conclure notre dossier sur la nouvelle loi sur la réforme des formations professionnelles.

Un entretien professionnel obligatoire

L’entretien professionnel entré en vigueur depuis le 7 mars 2014 pour toutes les entreprises, a pour vocation de « créer » un véritable dialogue entre salariés et employeurs. Il devra avoir lieu au moins une fois tous les deux ans et être proposé automatiquement aux salariés reprenant une activité suite à une longue période de congés (maternité, parental etc.) ou d’un long arrêt maladie/accident du travail.  Le but : mettre à plat les perspectives d’évolution professionnelle et sensibiliser les salariés à l’importance de la formation.

Il permet ainsi de faire un bilan des compétences acquises, celles requises pour la poursuite de la carrière et ainsi étudier les besoins du salarié en termes de formation. Ce nouveau dispositif remplacera l’entretien de seconde partie de carrière, le bilan d’étape professionnel et l’entretien prévu au retour de certains congés mais ne substituera pas à l’entretien annuel des entreprises.

Tous les 6 ans, cet entretien permettra de réaliser un récapitulatif du parcours professionnel du salarié. Il permettra notamment de vérifier notamment si le salarié a pu :

–  Suivre au moins une action de formation

– Acquérir des éléments de certification par la formation ou la VAE

– Bénéficier d’une progression salariale ou professionnelle

La loi prévoit une obligation de résultats dans 2 des 3 domaines. A défaut et pour les entreprises de plus de 50 salariés, le salarié pourra bénéficier d’un abondement correctif de 100 heures sur son CPF.

En conclusion

Enfin, cette loi a pour but de simplifier l’accès aux formations de toutes les personnes sur le marché du travail (actifs dans leur ensemble), faciliter le versement des contributions des entreprises, obliger les entreprises de renforcer le lien entre l’enjeu des formations et la GPEC, tout cela, dans le but de sécuriser le parcours professionnel. Retrouvez demain notre infographie pour faire un bilan complet de cette réforme.