Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Manager vers l’autonomie

 

La qualité de vie au travail est essentiellement basée sur les liens sociaux entre les individus au sein de l’entreprise mais également le propre accomplissement du salarié. Le manager donne les clés pour permettre à son salarié de s’accomplir dans sa tâche. 

La réalisation de missions de manière autonome est un facteur gratifiant  pour chaque salarié. Son autonomie dépend donc de la liberté que lui concède son employeur. L’aménagement de l’espace de travail est également un facteur impactant sur le degré d’autonomie du salarié mais également sur sa productivité.

 

 

La rigidité de la hiérarchie ou l’anti-autonomie

 

Une hiérarchie trop prononcée, des ordres descendants sans retour vers l’expéditeur, le bien-être au travail n’est pas optimum dans ces nombreux cas de cloisonnement. L’entreprise agile fait agir sa transversalité, sa proxémique.

Plusieurs solutions s’offrent au manager pour développer cette autonomie : un aménagement adapté, des recrutements moins conventionnels pour favoriser l’échange et la collaboration. Dans l’entreprise agile, tous les postes doivent être valorisés et toutes les informations doivent circuler librement, sans être bridées.

Manager par la peur, restreindre voire proscrire toute forme d’autonomie sont des nuisibles du management classique inspiré du modèle de Taylor. Le magazine « Les Echos » explique que relégués au rang de receveurs d’ordres, les salariés ne s’épanouissent pas dans leur tâche.

Pourtant, en entrant dans l’entreprise ils sont des êtres doués de réflexion, ils prennent des décisions cruciales de manière autonome dans leur vie et en assument les conséquences quelles qu’elles soient.

 

 

L’aménagement de l’espace de travail propice au travail collaboratif, en autonomie

 

L’aménagement des locaux peut être également un facteur de motivation et d’autonomie du travail. De plus en plus d’ingénieurs travaillent sur la disposition des bureaux, leur ergonomie, etc.

Plusieurs critères sont à prendre en compte. D’abord l’espace de travail redevient plus intimiste. Est-ce la fin des open space ? En tout cas c’est la fin des open space comme on les connaissait. Aujourd’hui le bureau doit être fonctionnel et l’espace de chaque salarié délimité par de fines cloisons pratiques comme des étagères basses par exemple.

Ensuite, chaque salle doit avoir une fonction particulière, la cafétéria n’est pas le lieu des réunions sauf si elles sont informelles. L’enjeu de ces aménagements c’est de parvenir à conjuguer l’autonomie individuelle de chaque salarié avec l’organisation collaborative qu’implique l’agilité.