Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Management ou leadership ?

 

Y a-t-il une différence entre leadership et management ? Un leader est-il un manager ?

Pas vraiment. La première mission du leader c’est de faire passer une image, il est porteur de vision quand celle du manager est de gérer l’avancée d’un projet vers un objectif. Un manager sait quoi faire et comment le faire quand le leader sait (ou apprend à savoir) pourquoi le faire. Finalement, le manager accompagne quand le leader décide les changements.

Le leader est régulé selon 4 compétences clés : sa capacité à influencer, à fédérer, à donner à voir une même vision mais également sa capacité à se reculer quand son statut de leader n’est plus nécessaire à la situation. Finalement, le leader sachant s’adapter aux différentes situations peut être agile, peut-on parler de leadership agile pour autant ?

 

Les 4 clés du leadership

 

  • Le leader influence et fédère ses salariés. Il est responsable de la bonne gestion du groupe. Pour cela il ne doit jamais perdre de vu sa communication, la manière dont il va faire passer ses idées, quelle posture adapter dans quelle situation.

 

  • Ainsi, le leader doit apporter une vision commune. Il est porteur de sens pour ses collaborateurs. Il doit ainsi définir des buts à atteindre et des objectifs opérationnels et stratégiques pour orienter les actions.

 

  • Fédérer autour d’un objectif commun ne peut se faire sans instaurer un climat de confiance et de respect mais également l’entretenir. Pour se faire il doit montrer l’exemple.

 

  • Le leader n’endosse ce rôle que pour une durée limitée, cela dépend de la situation. Si la société rencontre une situation de crise, le rôle du leader s’en verra obligatoirement modifié.
    C’est ce que soulignent Paul Hersey et Kenneth Blanchard selon leur théorie du management situationnel. Pour eux, le leadership s’adapte en fonction des situations. Plus participatif ou plus directif, c’est au décideur d’évaluer quel sera le type de leadership le plus opérationnel pour une situation donnée.

 

 

Les leadership est-il une caractéristique innée ou est-ce une compétence à acquérir ?

 

Il existe 3 formes de leadership à développer : le leadership de soi, le leadership des autres est celui de son environnement. En premier lieu il s’agit de développer son propre leadership avant de s’aventurer vers le leadership sur autrui. Cela signifie de faire un travail sur soi même, comprendre son Moi. La confiance en soi est la clé de cette démarche introspective.

Pour exercer son leadership sur les autres, le groupe doit accepter son « assujettissement », les membres du groupe doivent accepter d’être influencés. Pour autant, exercer son leadership sur un groupe ce n’est pas mettre en place une dictature.

Enfin, un leader remplit une troisième dimension, il sait analyser son environnement. Il perçoit les enjeux environnementaux à court mais surtout à moyen terme.

 

Existe-t-il un leadership agile ?

 

Le leadership s’adapte en fonction de la temporalité, de l’évolution de l’environnement et des mentalités. Le leadership agile revalorise ainsi le management sous un nouvel angle d’innovation. Il doit se poser plusieurs questions. D’abord il se réinvente sans cesse : comment manager une équipe en constante évolution ? Quelle ou quelles positions adopter ?

 

Le leader du passé rendait les choses simples, aujourd’hui il doit épouser la complexité et apprendre à s’organiser autour de celle-ci. La simplification n’est pas la solution. Le web a fait exploser les frontières et le leader doit s’adapter. Comment ? Y a-t-il un manuel de « savoir devenir un leader agile » ?

Certes, non mais il existe des pistes de réflexions. Plusieurs solutions émergentes  mettre en place un environnement où les énergies circulent. Les énergies peuvent alors s’orchestrer et faire émerger une nouvelle manière de diriger. Pour organiser un mode de management les salariés sont également un facteur d’influence si le leadership lui offre un espace d’expression. Replacer l’humain au cœur de l’organisation entrepreneuriale, là est le leitmotiv de l’agilité.