Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Les méthodes agiles

 L’approche agile définie la manière de concevoir et de développer que propose l’agilité. Cette agilité concernait en premier lieu l’élaboration de logiciels. Aujourd’hui elle s’étend au management de l’entreprise.

Ce type de management s’oppose sur de nombreux points au management plus classique. L’agilité est composée et composante de plusieurs autres méthodes : la méthode Scrum, la méthode Extreme programming (méthode XP) ou encore la méthode du Lean.

 

Management dit « classique » VS méthodes agiles

 Les méthodes agiles s’opposent foncièrement aux méthodes classiques de la gestion de projet. Ces méthodes classiques ne facilitent pas la mise en place du changement. Elles proposent un projet au forfait, c’est-à-dire que les moindres détails du projet sont définis en amont. On parle d’approche prédictive qui définit les moindres contours des relations commerciales des participants du projet.

La rigidité et la lourdeur d’exécution des projets menés par les méthodes classiques sont souvent remises en question. Une plus ample marge de manœuvre est souhaitable dans la gestion de projet ou l’entreprise du changement.

 

Les méthodes agiles sont une approche empirique prônant, comme son nom l’indique, l’agilité, l’adaptabilité, la flexibilité. Ces méthodes viennent des Etats-Unis, elles se basent essentiellement sur la satisfaction du client et mettent en avant le facteur humain.

Le projet est découpé en plusieurs unités de temps. Chaque étape franchie doit être validée, le budget est également validé, confirmé au fur et à mesure des avancées du projet. Ainsi on réadapte les actions à mener en fonction des objectifs à atteindre mais aussi de l’expérience vécue. Les suppositions de début du projet, planning poker, laissent rapidement place à l’analyse par feedback.

Les méthodes agiles ne laissent pas vraiment de place aux hypothèses, elles privilégient l’expérience et les faits concrets. Elles favorisent la co-construction et l’intelligence collective et encouragent fortement le changement.

 

La méthode Scrum

 C’est la méthodologie la plus utilisée par les fervents de l’agilité. Scrum est un « framework » de gestion de projet. C’est un cadre qui expose des rôles, des réunions et des artefacts.

La méthode Scrum définit 3 rôles :

  • le « product owner » porte la vision du produit,
  • le « scrum master » est le garant de la méthodologie Scrum,
  • l’équipe de développement du produit.

Paradoxalement, la méthode Scrum définit un programme clair et une trame à suivre e, quatre temps :

  • La planification du Sprint (l’itération),
  • la revue de Sprint,
  • la rétrospective
  • et enfin la mêlée quotidienne.

 

La méthode Extreme Programming

En génie logiciel, la méthode XP, inventée par Kent Beck, Ward Cunningham et Ron Jeffries, est orientée autant sur la réalisation d’une application que sur la gestion de projet. Cette méthode est la plus adaptée pour les petites équipes dans une période de changement.

La méthode est définie comme une tentative de réconciliation entre l’humain et la productivité, un mécanisme pour enclencher le changement social, une trame d’amélioration et de développement.

La méthode XP fonctionne comme un cycle. Il y a en premier lieu une phase d’exploration où l’on détermine plusieurs scénarios « client », l’équipe met ensuite en pratique les différents scénarios proposés en s’attribuant les tâches en binôme. Lorsque tous les tests de fonctionnement sont opérationnels le produit est validé et peut être livré.

Pour résumé, la méthode XP fonctionne en un cycle de 5 stades : 

  • Phase d’exploitation
  • Phase de scénarios
  • Mise en pratique de chaque scénario
  • Validation du produit
  • Livraison

Communication, simplicité, feedback, courage et respect sont les 5 valeurs fondamentales de l’extreme programming.