Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Les meilleures destinations pour les expatriés

Selon une étude de HSBC sur les destinations idéales pour les expatriés, la Suisse serait le lieu idéal où vivre s’il vous venait à l’idée de changer d’air…

 

3 critères de classement ont été retenus : le climat économique du pays, prenant en compte le revenu par foyer, et la satisfaction quant à l’accueil économique du pays ; la qualité de vie sur le territoire, qui reprend globalement tous les aspects de l’expérience de vie dans le pays concerné avec entre autres les facilités de logement, les magasins, l’intégration au travail, l’assimilation de la culture locale… ; la vie de famille, avec le système d’éducation local pour les enfants, l’apprentissage de la langue, et l’épanouissement personnel.

 

Change pollution with green environment

 

Selon les critères retenus, les classements divergent. Globalement, tous critères intégrés, la Suisse arrive première mondiale, devant Singapour et la Chine.  Si on retient uniquement les critères économiques du pays, le trio de tête reste le même mais cette fois la Chine arrive en première position. Lorsque l’on s’intéresse uniquement à la qualité de vie locale, la Nouvelle Zélande est première au classement (alors qu’elle est sixième au classement global), suivie par Bahreïn, et Singapour. La nouvelle Zélande est également première en ce qui concerne la qualité de la vie familiale, suivie par l’Afrique du Sud et l’Allemagne.

 

Parmi les autres pays qui se distinguent, on retrouve Taïwan comme étant le pays avec le coût des soins de santé le plus abordable pour les expatriés. Le Royaume-Uni est la destination où les expatriés sociabilisent le plus avec la population locale, et non uniquement avec les autres expatriés.  Le Canada est le pays comptant les plus d’expatriés retraités. A chacun sa spécialité !

 

Source : Expat Explorer Report 2014, par HSBC.

Méthodologie : 9 288 expatriés vivant dans de plus de 100 destinations ont été interrogés au cours des mois d’avril à mai 2014, via un questionnaire électronique.