Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Formation communication interpersonnelle : Comment cesser d’être persécuteurs, victime ou sauveur au travail ?

93% des français estiment que leur relation avec leurs collègues influence leur bien-être au travail selon une enquête d’OpinionWay. Or, les relations qu’entretiennent les collègues de travail entre eux peuvent parfois tenir à des jeux psychologiques malsains. Ces jeux psychologiques sont des jeux de rôle qui s’instaurent entre individus et qui régissent leurs comportements. Un des jeux psychologiques le plus fréquent est celui du triangle persécuteur-sauveur-victime.

 

MP900385576

La victime subit le persécuteur, et attend le secours du sauveur. Les positions sont interdépendantes : le persécuteur, par exemple, ne peut jouer son rôle sans qu’une personne se prête au rôle de victime. Une fois  que vous êtes entrés dans cette logique, les relations sont souvent figées et chacun accepte son rôle. Un tel jeu empêche la construction d’un rapport d’égal-à-égal et donc constructif entre collaborateurs. Sans compter les contraintes qui pèsent sur chacun des acteurs, et en particulier sur la victime qui peut se sentir oppressée. Pour éviter de s’emprisonner dans ce triangle, il est nécessaire au préalable de  reconnaitre le jeu psychologique.

 

  • La victime, le persécuteur et le sauveur

 

Chaque position est inconfortable sous certains aspects, que l’on soit victime, sauveur ou même persécuteur. D’une certaine manière chacun subit son rôle et est pris dans la spiral du jeu psychologique.

 

Le persécuteur se caractérise par son attitude de dominance. Il est exigeant, en position de force. Il admet difficilement la contradiction, et a du mal à accepter que ce dernier puisse avoir des limites. Malgré les apparences, il ne décide pas forcément d’agir ainsi, il peut considérer que l’autre n’est pas à la hauteur de sa tâche qu’il n’avance que s’il est suivi de près. Il est frustré par la non-satisfaction de ses demandes.

 

La victime joue son rôle avec une certaine complaisance. Elle manque certes de confiance en elle et d’assurance, mais d’un autre côté elle ne semble pas chercher à faire évoluer la situation. Elle s’est résignée à subir les choses et a peur de bouleverser leur ordre. Elle a du mal à faire une demande sans se justifier en se plaignant de son sort.  Elle peut avoir tendance à fuir ses responsabilités, et s’appuyer sur le soutien du sauveur pour certaines choses, comme sur une béquille pour avancer, faute de confiance en soi.

 

Le sauveur cherche à protéger la victime d’un coté, et à affronter et recadrer le persécuteur de l’autre. Il a tendance à prendre des responsabilités qui ne sont pas les siennes. Il a des principes, et parfois, il peut arriver qu’il impose sa solution, sans laisser à la victime l’occasion de choisir pour elle-même. Sa tendance à agir pour l’autre part d’un bon sentiment mais elle peut devenir écrasante à long-terme.

 

  • Sortir du jeu psychologique 

 

La meilleure recommandation reste de ne pas entrer dans ce jeu psychologique car il s’agit d’un cercle vicieux. Une fois que vous êtes rentré dans un de ces rôles, vous pourrez difficilement vous en défaire, que vous soyez victime, persécuteur ou sauveur, car l’interdépendance des positions créée une forme d’équilibre figé dans vos interactions. Aussi peu épanouissant et constructif que cela puisse être, le jeu victime/persécuteur, ou victime/sauveur offre une certaine complémentarité et chacun y trouve son compte (la victime ne se fait pas violence, le persécuteur exerce son autorité, et le sauveur est fier de ses actes).

 

Si vous vous rendez compte que vous êtes dans un jeu, arrêtez-vous sans plus attendre ! Cessez vos comportements de victime, persécuteur ou sauveur. Reconnaitre un jeu psychologique, c’est en quelque sorte en sortir déjà. Analysez la situation et tentez de comprendre ce qui s’est passé, quel mécanisme s’est mis en place. Avez-vous été trop exigeant ? Ne vous affirmez-vous pas assez ? Avez-vous une tendance à vouloir vous exprimer pour les autres ?

 

Après avoir pris suffisamment de recul sur la situation, essayé d’établir vos objectifs comportementaux. Corriger les comportements qui contribuent au cercle vicieux, rompez avec toute attitude qui correspond à votre position dans le jeu. Si vous changez de comportement les autres acteurs du jeu seront forcés de changer de comportement à leur tour. En d’autres termes, renversez l’équilibre du jeu. Le but est de rétablir des relations saines et fonctionnelles entre collègues. Les rapports sains favorisent la collaboration effective et les performances de l’équipe de travail en bénéficieront.