Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Communication managériale

Comme il n’y a pas de bon ou de mauvais style de management, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de communiquer. Ainsi la communication managériale doit avant tout être adaptée à la personne ou à l’équipe managée. Le manager endosse le rôle de catalyseur de l’équipe et s’ajuster aux différents profils. Il doit être en capacité de tempérer les relations avec ses collaborateurs entre autorité et écoute pour favoriser la motivation, la performance et l’engagement sain.

 

Véritable pivot de l’entreprise, le manager doit faire vivre les valeurs de l’entreprise au quotidien et de façon opérationnelle tout en maintenant ses collaborateurs dans un cadre de travail favorisant l’engagement. Au cœur de ces enjeux, la communication managériale  relève avant tout d’une bonne connaissance de ses atouts, faiblesses et mécanismes de fonctionnement. Elle est également conditionnée par une capacité à distinguer les différents profils de ses collaborateurs pour individualiser son style de management et mieux communiquer au quotidien. 

 

 

Les enjeux d’une communication managériale efficace

 

Un manager, qu’il soit de proximité ou stratégique a besoin de bien communiquer. D’ailleurs la communication managériale devient de plus en plus un vrai sujet de préoccupation des organisations publiques ou privées, quelle que soit leur taille.

 

Pourquoi ? Parce que toutes les études le démontrent : après avoir rationalisé les process et les méthodes de travail, les cadres et managers savent aujourd’hui que la clé de la performance ultime passe par la motivation, le bien-être au travail, l’engagement sain des collaborateurs.  Et la communication interne a cette vertu qu’elle peut redonner à la fois du sens à l’action quotidienne, qu’elle est capable de tracer des perspectives et de redonner un élan positif à une époque où le court-termisme est de règle et où les collaborateurs manquent de repères pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Or le manager est exactement au cœur de cet enjeu : c’est aujourd’hui, ce que l’on pourrait appeler une interface relationnelle, capable à la fois d’entraîner et de motiver ses collaborateurs, mais aussi de déployer la stratégie, d’être un acteur majeur de la transformation, d’encourager l’innovation et de favoriser la coopération et la transversalité. 

 

 

Communication managériale

 

 

 

Les 3 facettes de la communication managériale

 

Véritable pilier de la bonne marche d’une organisation, la communication managériale se place à plusieurs niveaux et implique pour le manager d’être capable de revêtir plusieurs costumes. En effet, le manager communicant doit être à-même : 

 

  • d’être le relais de la vision et du sens dans l’organisation,  pour susciter la confiance et convaincre les équipes du bien fondé des actions et décisions de la hiérarchie. Cette pratique managériale a pour but de motiver les collaborateurs et de les fédérer autour de buts communs. Au-delà d’une simple présentation des valeurs et de la vision comme pourrait le faire un Codir lors d’un séminaire annuel, le manager de proximité, ce pivot de l’entreprise est là pour incarner, rappeler et faire vivre ces valeurs et ce sens au quotidien. Capable d’enthousiasme et de conviction, le manager doit ici être capable de décliner cette vision à moyen, court et long terme pour impliquer au maximum les collaborateurs et faire vivre l’intelligence collective et l’agilité au sein de son organisation. 

 

  • d’être un manager facilitateur du quotidien par sa capacité à communiquer sur les aspects opérationnels et factuels de la vie de l’entreprise. C’est ici son rôle le plus évident qui est désigné, ses missions fondamentales : donner des objectifs, déléguer, responsabiliser, recadrer, contrôler, féliciter… Ainsi le manager décline la vision et le sens en actions opérationnelles pour son équipe. Par sa posture, il doit établir une relation de confiance et de transparence avec son équipe pour établir un relationnel fluide et efficient dans le travail quotidien.

 

  • d’être un manager RH qui maîtrise les entretiens obligatoires et les jalons de la vie d’un collaborateur : montée en compétence, autonomie, responsabilisation, formation, QVT… Dans ce cas de figure le manager communicant est identifié par sa capacité à écouter et prendre en compte les besoins de ses collaborateurs dans l’intérêt de l’organisation. 

 

 

Manager communicant : les compétences à développer

 

Tout comme manager n’est pas inné, communiquer n’est pas inné. Pour déployer une bonne communication managériale, l’encadrant doit développer des compétences particulières et indispensables au quotidien : 

 

  • se connaître soi-même. Augustin Paluel de Marmont, CEO de Michel & Augustin dit à ce propos dans notre livre blanc Start-upez vos organisations : « Je suis toujours surpris que les gens ne se connaissent pas eux-mêmes. Le but dans la vie est quand même d’être heureux. Et pour être heureux il faut bien se connaître, connaître ses forces, ses faiblesses, ses talents, le terreau dans lequel on peut les exprimer. Il faut avoir conscience de soi, c’est très très important.» Si ce charismatique chef d’entreprise rapporte cela au bonheur, il est exactement question des mêmes tenants et aboutissants pour le management d’équipe. Pour bien communiquer, il est primordial de faire progresser sa connaissance de soi, son intelligence émotionnelle : son acceptation de soi. Découvrir son style de leadership, mettre à plat ses représentations, comprendre ses préférences en termes de communication, améliorer son intelligence de situation… sont autant d’axes et de pistes possibles pour mieux se connaître.

 

  • savoir identifier les profils de communication de ses collaborateurs pour individualiser sa communication et son style de management. Avec des inventaires de personnalité tels que le DISC par exemple, il est plus aisé de conscientiser les différents modes de communication pour être plus pertinent dans ses échanges avec ses collaborateurs. Ce type d’outil permet de comprendre le besoin de s’adapter aux autres quelques soient nos propres préférences de communication. Pour un manager, être capable d’améliorer sa flexibilité relationnelle grâce à ce type d’outils est un avantage considérable dans son quotidien et le quotidien de son équipe.

 

  • savoir écouter  : au-delà d’une communication descendante, un manager doit être en capacité de savoir écouter de manière pertinente ses collaborateurs individuellement et collectivement. Maîtriser le questionnement, relancer, reformuler, observer le non verbal, maximiser son intelligence situationnelle, adopter la posture adéquate selon l’entretien, démontrer son intérêt, repérer les motivations principales de son interlocuteur, communiquer avec assertivité…  sont autant d’axes qu’un encadrant peut travailler pour progresser dans sa communication managériale. 

 

 

Communication d'équipe

 

 

La communication appliquée au management

 

Le champ de communication d’un manager peut porter sur plusieurs aspects et s’appliquer à différentes facettes de la vie en entreprise. Il peut déployer plusieurs styles et modes de communication. Sa communication peut être :

  • Orientée vers l’action : le manager, dans ce cas de figure, est pragmatique et directif. Il met en avant des objectifs de manière claire et met l’accent sur les résultats. Il lance des défis à son équipe et les aide à développer plus d’autonomie dans la prise de décision. Pour communiquer le plus clairement possible, il présente le meilleur projet (sans présenter d’alternative) pour ne pas brouiller le champ d’action et s’appuie sur une communication visuelle.

 

  • Orientée vers les méthodes : quand il est orienté sur les méthodes, le manager prend le temps de fonctionner pas à pas. Il établit un rituel méthodologique, il planifie et contrôle par de nombreux feedbacks. En se focalisant sur les méthodes, le manager organise son compte rendu d’objectifs de manière logique et classifiée. Il s’agit de prévoir plusieurs solutions à d’éventuels problèmes et planifier au mieux son ascension.

 

  • Orientée vers les hommes : sans endosser le rôle du psychologue, un manager qui oriente son management sur l’humain se rend disponible pour ses collaborateurs. Il prend le temps d’écouter ses salariés, de parler avec eux. Il adopte une posture compréhensive fondée particulièrement autour des émotions.

 

  • Orientée vers les idées : dans un contexte de communication orientée vers les idées, l’environnement doit être propice à la création, toutes les idées doivent être écoutées, même si elles sont la résultante de digressions. La prise de risque est bienvenue mais la discussion est tout aussi importante. Avant d’écouter les idées, le manager devrait conceptualiser le projet pour cloisonner à minima le sujet

 

 

Management et communication : quelle distance pour la cohésion de groupe ?

 

La question de la distance est régulièrement soulevée quand il s’agit de communiquer en tant que manager. Le manager est présent et à l’écoute de ses collaborateurs. Mais attention à ne pas trop tomber dans l’empathie. Le manager doit être en mesure de prendre du recul pour analyser la situation. Pour la cohésion de l’équipe, le manager communique de la même manière avec chaque membre de son équipe. Il orchestre de manière horizontale.

Pour entretenir ce lien, la cohérence de l’équipe, il doit garantir un partage équitable des tâches et de l’attention qu’il porte à chacun de ses membres. Un univers de confiance s’instaure si les succès sont partagés ensemble et le droit à l’erreur toléré et supporté par tous.  Ainsi il est utile pour un manager de faire la distinction entre les différentes typologies de communication : 

 

  • Communication interpersonnelle : elle met en relation deux individus dans le cadre d’une communication à 4 composantes : un émetteur, un récepteur, un message et un canal. C’est sur la forme du message que se concentre la communication interpersonnelle.  L’analyse interpersonnelle est souvent utilisée dans la résolution de problèmes sociaux. Parmi ceux-là on peut citer les conflits professionnels, les situations de stress ou de démotivation, les problèmes d’affirmation de soi (manque de confiance, assertivité, etc.) ou encore des problèmes de gestion des émotions.

 

  • Communication de masse :  elle relève d’un ensemble de techniques qui permettent à un acteur de transmettre un message à un large public. L’émetteur diffuse le message de manière globale à tous les récepteurs présents, qu’ils le veuillent ou non. Les vecteurs de ces messages sont les mass medias qui influencent une large audience. La communication de masse souffre toujours des dérives qu’elle a subies lors des successions de régimes totalitaires. Elle est culturellement liée à la propagande. Pourtant elle réunie des avantages importants : elle délivre un message vers un nombre illimité de récepteurs, elle est également entièrement contrôlée par l’émetteur.

 

  • Communication de groupe(s) : c’est une sous branche de la communication de masse. Elle est plus affinée aux récepteurs, elle cible ses publics notamment en fonction de leur culture. La communication de groupe est le principe même d’une communication marketing qui oriente ces propos publicitaires et commerciaux en fonction de son cœur de cible et de sa cible secondaire. Finalement, la communication de groupes serait un dérivé né de la fusion entre la communication interpersonnelle et la communication de masse. La communication de groupe regroupe les mêmes avantages que la communication de masse soit la rapidité de propagation et l’efficacité avec en sus la possibilité de rétroaction par les récepteurs du message.