Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Complexe des femmes à prendre la parole au travail

Nombreuses sont les inégalités qui subsistent entre hommes et femmes au travail. Une récente étude a mis en lumière la différence comportementale concernant la prise de parole entre hommes et femmes. Le constat est édifiant : lorsqu’un homme prend davantage la parole que ses collègues, ces derniers le considèrent comme étant 10% plus compétent que les autres, alors que lorsqu’une femme a le même comportement, ses collègues la perçoivent comme étant 14% moins compétente.

 

emploi_en_France2_2013

Les individus ont tendance à évaluer le pouvoir de dominance de quelqu’un à sa capacité à s’exprimer en groupe et à l’influence qu’il exerce sur ses pairs. La volubilité, soit l’aisance à parler abondamment, n’est cependant pas perçue de la même manière selon que l’on soit un homme ou une femme au travail. Si pour les hommes il existe une forte corrélation entre le pouvoir et la volubilité, ce n’est pas le cas chez les femmes. Une femme qui tient un long temps de parole est cataloguée comme bavarde et non efficace, alors qu’un homme sera considéré comme  charismatique et brillant.

 

Les femmes réagissent en réduisant leur temps de parole, conscientes du manque de réceptivité avec lequel sont accueillis leurs propos. Ceci est considéré comme un manque à gagner  pour l’entreprise, puisque des idées intéressantes sont tues, ou  mal exprimées, réduites aux grandes lignes alors que certains détails mériteraient d’être plus amplement développés. Au niveau de la forme, elles ont moins tendance à adopter un style d’expression agressif et dominant que les hommes, que ce soit dans le langage verbal, ou non-verbal.

 

Source : « Who Takes the Floor and Why : Gender, Power, and Volubility in Organizations », Victoria L. Brescoll