Side Menu

 

icone-twitter     icone-facebook     icone-google+     icone-linkedin

 

Formation affirmation de soi : les effets persuasifs

Vous souhaiteriez augmenter votre pouvoir de persuasion, mais vous ne savez pas

 

comment vous y prendre ?  Les techniques et « trucs » habituels vous semblent être hors de votre portée ? Rassurez-vous : si l’art d’influencer comporte des techniques dignes des plus grands gourous, il en est d’autres, beaucoup plus simples, pratiques et efficaces. Loin de la manipulation qui tient de l’aveuglement et est malsaine pour chacun des partis, l’art d’influenceraffirmation de soi vous aide à mettre vos arguments sous un éclairage avantageux. Elle est donc une faculté à développer, et est un véritable plus dans vos aptitudes. De plus, vous serez apte à décoder les  techniques de persuasion  que les autres utilisent, et cela améliorera votre perspective de la situation.

 

729bca5f-032f-4779-a2de-6e1933d723ad

Pour orienter votre interlocuteur, il peut suffire d’utiliser les bons effets de styles. Ces effets ne vous permettent pas de contrôler de vos interlocuteurs, il ne s’agit pas ici de manipuler les autres, cependant ils vous permettront de provoquer une réaction qui augmentera le niveau de réceptivité de votre interlocuteur.  Chaque effet de persuasion est spécifique, et il vous revient d’établir lequel est le plus adapté à votre cible.

 

  • L’effet démonstratif                                 

L’effet démonstratif s’appuie sur l’esprit logique de votre interlocuteur. Il consiste à présenter le problème, montrer son intérêt, son importance, et à enchainer les arguments par des liens logiques. Ces liens logiques sont particulièrement importants, car ils structurent votre raisonnement. Grâce aux liens logiques, vous renforcez le rapport de causalité entre les éléments de votre discours. Ainsi, votre démonstration paraitra plus solide. N’hésitez donc pas à utiliser des syllogismes (voilà, or, donc…) et des chaînes déductives ou causales (voici, parce que, en conséquence, c’est pourquoi…).

 

  • L’effet d’évidence

L’effet d’évidence consiste  à mettre en avant des affirmations sans les démontrer, avec certitude et conviction. Il s’agit de faire passer un argument comme une évidence pure et simple, non discutable. Vous pouvez utiliser des tournures de phrases telles que  «  il est nécessaire de…, Il faut…, Il n’a jamais été question de… Il va de soi que… Il est évident…. » Vous devez vous donner l’air de faire appel au bon sens de votre interlocuteur. Une gestuelle forte, ainsi qu’une diction claire et soutenue vous donneront plus d’aplomb pour cette stratégie. 

 

  • L’effet de bonne foi

Cet effet vise à provoquer une réaction d’attendrissement de la part de votre interlocuteur. C’est la ressource de celui que ne peut pas faire autrement, qui a fait tout ce qui était en ses  moyens, qui dit la vérité, qui parle en connaissance de cause.  Cette stratégie vise à montrer à votre interlocuteur que la solution que vous offrez est la seule option possible dans l’état des choses. Elle vise aussi à sensibiliser votre interlocuteur sur les éléments non pris en considération jusque là et qui entravent le plan initial de réalisation de vos objectifs.

 

  • L’effet de porte-parole

L’effet de porte-parole consiste à démontrer une certaine objectivité par rapport à la situation : vous parler au nom des gens, d’une personne, des choses, de la logique, de la vérité, de l’intérêt générale. Toutefois, vous vous en servez pour soutenir votre opinion personnelle. Votre stratégie est d’utiliser des termes globalisants, des énoncés de jugement de valeur, des tournures métonymiques « La France a besoin… l’entreprise nous impose…, la vente exige des hommes qui… ». Cet effet est un des effets couramment utilisés en politique notamment.

 

  • L’effet de doute

L’effet de doute consiste à remettre en cause le fondement des arguments de votre interlocuteur. Vous parvenez à cet effet en posant des questions à votre interlocuteur. Questions controverses, questions pièges, questions de conscience… Utilisez ces questions en cascade pour déstabiliser les arguments de votre interlocuteur.  « Au nom de quoi pouvez vous dire que… D’où tenez-vous que… ? » Cette technique est particulièrement efficace contre les affirmations gratuites. Vous poussez ainsi votre interlocuteur à démontrer le fondement de ses affirmations. Vous démontrez par la même occasion que votre écoute est très active.

 

  • L’effet d’implication

L’effet d’implication vous permet de mettre en action ou en cause le partenaire. Vous entrez dans son propre système, vous utiliser ses attributs : sa logique, ses propos. Le but est de lui suggérer de rester cohérent avec lui-même en suivant ses vos recommandations. « Vous avez dit vous-même…Vous avez déjà vous-même obtenu… ». Cet effet de persuasion peut être très efficace car vous forcez votre interlocuteur à remettre en question sa décision, son attitude ou son comportement.

 

Ces effets de persuasion vont vous aider à obtenir gain de cause en orientant votre interlocuteur, en lui suggérant de porter un certain regard sur vos propos. Cependant, la consistance de vos propos reste importante : ces effets de persuasion ne sont que des outils de mise en condition. Ils  ne suffiront pas à convaincre votre interlocuteur, une argumentation solide est pour cela nécessaire. A vous de choisir quelle effet sera le plus pertinent par rapport à votre requête, et la personnalité et l’état d’esprit de votre interlocuteur.